llusions perdues et utopies déçues du numérique

Depuis la déclaration d'indépendance du cyberespace en 1996, l’utopie numérique n’avait jamais connu la crise. La magie de la technologie nourrissait au quotidien les rêves d’une société meilleure, et cet imaginaire guidait en particulier la foule, immense, de ceux qui inventent les nouveaux usages de nos technologies. Mais en 2014, les idéalistes ont le cœur lourd.

Suite sur le site RSLN -  Art. de Tommy Pouilly, le 17/06/2014