Faut-il avoir peur des enceintes connectées ?

Les enceintes à commande vocale écoutent les conversations en permanence et envoient ces données dans le cloud.

Google et Amazon conservent les métadonnées (nom, date, heure) et l'historique des requêtes sur leurs serveurs. Un risque sérieux pour la confidentialité, au point que la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) conseille « d'éteindre l'appareil lorsque l'on ne s'en sert pas ou lorsque l'on ne souhaite pas pouvoir être écouté », entre autres mises en garde comme « avertir les invités de l'enregistrement potentiel des conversations », « encadrer les interactions de ses enfants » ou encore « rappeler les risques à partager des données intimes ou des fonctionnalités sensibles (ouverture de porte, alarme...) ».

> La tribune - décembre 2018

enceintes connectees amazon prime ia alexa

« Demain, les assistants vocaux seront dans la télévision et la voiture. On pourra faire ses courses depuis sa voiture autonome. Le problème étant que seuls les grands acteurs du Net peuvent remplir ce rôle. Si l'on veut trouver une alternative européenne aux Internet californien et chinois, il ne s'agit pas de se demander comment devenir un OS de plus, mais de revenir aux débuts du Web et aux logiciels libres », analyse Sébastien Soriano

Quelques articles en complément :

" Il est important de prendre conscience que les données que nous produisons sont confidentielles et qu'il est urgent de les sécuriser, qu’elles soient ou non diffusées "
> Sécurity MAPAO

" Initialement cantonnés au smartphone, les assistants à commandes vocales sont en train de se déployer dans d’autres univers : des enceintes connectées mais aussi des casques audio, l’habitacle des véhicules et même des aspirateurs... qui voient ainsi leurs possibilités d’interaction renouvelées. "
> LINC

L’Europe renforce la cybersécurité des objets connectés
> Euractiv

Vox Machines (1/2) : « Si les assistants vocaux sont la solution, quel est le problème ? »
> Internet Actu