Le doxxing : technique d'intimidation

Si le doxxing était utilisé par les pirates entre eux, pour faire tomber la concurrence ou se venger, depuis quelques années, le doxxing touche désormais les particuliers, autant que les entreprises et les organisations.

> Le doxxing : dossier complet sur cette technique populaire de cyberintimidation - oct. 2021

Le doxxing est illegal.
Le fait de révéler l’identité d’une personne sur Internet ainsi que des informations personnelles la concernant, dans le but de lui nuire, est désormais puni pénalement, selon l’article 223-1-1 du Code pénal. Cet article appartient à la loi confortant le respect des principes de la République, autrefois appelée loi contre le séparatisme, et publiée au Journal officiel le 24 août 2021.

La loi prévoit ainsi des peines pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 € d’amende. Certaines circonstances aggravantes, comme la vulnérabilité de la personne ou sa fonction dans la société civile peuvent alourdir les sanctions.
“Lorsque les faits sont commis au préjudice d'une personne dépositaire de l'autorité publique, chargée d'une mission de service public ou titulaire d'un mandat électif public ou d'un journaliste, au sens du deuxième alinéa de l'article 2 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 € d'amende”, est-il expliqué.
Il en va de même lorsque les faits sont commis au préjudice d'une personne mineure, d'une personne vulnérable, dont l'état est connu de l'accusé (âge, maladie, infirmité, déficience physique ou psychique, grossesse).